DHC/ART, Fondation pour l’art contemporain

© Vincent Wong - DHC / Fondation pour l'art contemporain© DHC/ART, Richard-Max Tremblay - DHC / Fondation pour l'art contemporain© DHC/ART, Richard-Max Tremblay - DHC / Fondation pour l'art contemporain
 
Nous recommandons
Évaluer cet article
Nombre de votes : 0
 
© Vincent Wong - DHC / Fondation pour l'art contemporain

21 mai 2014- Les fondations privées entièrement dédiées à la diffusion de l’art et à but non lucratif ou marchand sont rares au Québec : il n’y en a qu’une. Dès son inauguration à l’automne 2007, DHC-ART, Fondation pour l’art contemporain, a créé sensation, avec raison. D’objet de curiosité, elle est passée au stade de valeur sûre.

Chaque nouvelle exposition de DHC/ART est attendue avec impatience. La fondation établie dans le Vieux-Montréal innove en invitant de grosses pointures rarement présentées en solo à Montréal (Sophie Calle, Christian Marclay, Jenny Holzer), tandis que ses expositions collectives sont portées par des thèmes bien ficelés et ancrés dans des préoccupations sociales de notre époque.

Installations multimédias à la fine pointe de la technologie, films sur très grand écran, œuvres en série ou sans fin, tout semble possible à la DHC. Celle-ci trouve même les moyens d’innover : elle a été la première à offrir à Montréal une application pour téléphone intelligent comme guide d’exposition.

Les conditions muséales, de l’éclairage à la durée des expositions, ont fait la renommée de DHC/ART. En fait, elle est presque un musée. Il ne lui manque plus qu’une collection et... les frais d’admission. À la DHC, l’entrée est libre.

C’est la passion pour l’art de Phoebe Greenberg qui est derrière cette initiative. C’est grâce à son mécénat qu’un bâtiment historique a été transformé en un musée inusité, à la verticale. Principal lieu de la fondation, celui-ci possède une silhouette atypique pour un centre d’exposition, avec ses salles étroites étalées sur quatre étages. Le sous-sol sert aux activités éducatives, variant au gré de la programmation, alors que des espaces dans un deuxième édifice, voisin du premier, permettent d’exposer des œuvres de dimensions imposantes.



Visualiser les commentaires [0] Ajouter un commentaire  
 

Cet article n'a pas encore été commenté.