Art public sur le mont Royal

© Tourisme Montréal, Pierre-Luc Dufour - La croix du mont Royal© Marc Cramer - "Give Peace a Chance", artiste Linda Covit© Tamara Bachelet - La croix du mont Royal
© Centre d'exposition de l'Université de Montréal / Photo: Productions Train d'enfer - Art pour tous© Centre d'exposition de l'Université de Montréal / Photo: Productions Train d'enfer - Art pour tous© Les amis de la montagne, S. Montigné, 2008 - Parc du Mont-Royal
 
Nous recommandons
Évaluer cet article
Évaluation moyenne: 4
Nombre de votes : 1
 
© Tourisme Montréal, Pierre-Luc Dufour - La croix du mont Royal

15 juillet 2014 - Le mont Royal cache de magnifiques œuvres d'art public permanentes.  Une promenade vous permet d’en découvrir quelques-unes et d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de Montréal.

À partir de l'entrée de la rue Peel, dirigez-vous vers la plus haute courbe du Serpentin; vous pourrez y voir l’œuvre Give Peace a Chance créée par l'artiste Linda Covit et l'architecte-paysagiste Marie-Claude Séguin. Marquant la transition entre le paysage urbain et l’espace boisé, cette œuvre d'art reproduit la célèbre phrase dans 40 des différentes langues parlées à Montréal. Elle fait bien entendu écho à la chanson de John Lennon enregistrée ici, à l'hôtel Le Reine Elizabeth lors du célèbre « Bed-In » de 1969.

En face de la Maison Smith, près du sommet, vous pourrez admirer les œuvres d'art du Symposium international de sculpture de 1964. Onze artistes venus de neuf pays avaient alors été invités à participer à l'événement, le premier du genre en Amérique du Nord, qui visait à créer une œuvre monumentale, libre de restrictions techniques. Deux mois durant, ces sculpteurs ont œuvré à ciel ouvert, en plein été, et le résultat de leur communication avec la nature et les uns avec les autres est désormais encapsulé dans une série de sculptures géantes.

Au sommet de la montagne, c’est la croix emblématique de Montréal que vous découvrirez. Érigée en 1924, elle rappelle le geste de Paul de Chomedey de Maisonneuve qui avait planté une première croix en 1643. Le Gouverneur de l'île voulait remercier Dieu d'avoir épargné Montréal des inondations. La croix actuelle, conçue par le prêtre sulpicien Pierre Dupaigne, mesure 30 mètres et peut être vue à 80 kilomètres de distance. La nuit, elle rayonne d’une lumière blanche qui devient violette lorsqu’un pape meurt.



Visualiser les commentaires [0] Ajouter un commentaire  
 

Cet article n'a pas encore été commenté.