Compagnie théâtrale du Centaur

 


2 mai 2013 ─ C’est à la fin des années 1960 que cette compagnie et ce lieu théâtral offrant des pièces au public anglophone voient le jour. N’ayant pas froid aux yeux, l’équipe du Centaur, au cours des dernières années, a notamment livré près d’une vingtaine d’œuvres de créateurs montréalais, en première mondiale svp. Ce théâtre possède un fort caractère hétéroclite, à l’image de Montréal. Il propose aussi depuis longtemps un bon nombre de productions francophones québécoises, adaptées dynamiquement en anglais.

Bien centré sur ce qui se passe dans l’ère du temps actuelle, le Centaur se consacre à présenter un répertoire dramaturgique des plus variés, toujours étroitement lié à tout ce qui touche l’humain. En plus, cette institution garde l’œil ouvert, pour s’inspirer des audaces théâtrales d’un peu partout à travers le monde. Le Centaur se donne comme mission de faire connaître des opus d’artisans du Québec et d’ailleurs au Canada qui ne laissent pas indifférents, mais ne boude pas pour autant les scènes nationale et internationale, cherchant sans cesse à s’y faire remarquer davantage.

Les publics de tous les âges seront enchantés par la programmation très diversifiée du Centaur. Les plus petits, eux, seront comblés par la très appréciée programmation jeunesse du samedi matin. Quant aux adultes, ils se tourneront vers le festival Wildside, qui met de l’avant sept compagnies indépendantes à découvrir. Choisie par le Centaur, la meilleure pièce dans la langue de Shakespeare du décapant Festival FRINGE de Montréal y est aussi présentée. C’est déjà beaucoup, mais l’espace se fait aussi un véritable ambassadeur en anglais des productions du monument qu’est Michel Tremblay (Les Belles-Sœurs, Albertine en cinq temps, etc).

Tant les anglophones que les francophones qui comprennent l’anglais devraient pouvoir trouver leur compte parmi les œuvres diffusées au Centaur. Pour une saison théâtrale de haut vol!