Divan Orange

 


6 novembre 2012 ─ Pour la plupart d’entre nous, un divan est un long siège moelleux sur lequel on peut s’allonger et se prélasser. Par contre, s’il est orange et que ses propriétaires ont élu domicile sur le vibrant boulevard Saint-Laurent, l’objet symbolise le contraire de l’inertie. Au Divan Orange, on travaille fort au développement de la musique au Québec.

Fondée en 2004, cette salle d’une capacité de 150 personnes présente aujourd’hui plus de 700 spectacles par année, des premières prestations de nouveaux artistes jusqu’aux concerts de musiciens chevronnés en quête d’intimité. Ses propriétaires définissent plus précisément sa mission en ces termes : « Un laboratoire musical dans lequel les artistes peuvent acquérir de l’expérience et de la notoriété, mais aussi un lieu destiné à apporter du sang neuf à l’industrie musicale. » Une noble vocation s’il en est une.

Il est d’ailleurs étonnant qu’une si petite salle puisse jouir d’une aussi grande réputation. En 2008, après seulement quatre années d’existence, elle a reçu, lors du Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ), le prix de meilleure salle de spectacle. L’année suivante, elle était nommée par CBC Radio 3 dans la catégorie des meilleures salles nord-américaines.

Pour mieux saisir son importance dans le circuit des salles montréalaises, il suffit de jeter un œil sur son réseau de collaborateurs. En effet, le Divan travaille aujourd’hui avec les grands producteurs que sont Pop Montréal, Blue Skies Turn Black, Evenko, Dare to Care et Bonsound. Il est aussi associé à des festivals comme les Coups de cœur francophones, le MEG et le Suoni Per Il Popolo. Avec autant de partenaires et événements connexes, on comprend facilement pourquoi ce divan-là n’est pas pour les paresseux. Et pourquoi il est désormais reconnu comme le lieu par excellence où découvrir les grands artistes de demain.