Festival TransAmériques

© Valentina Bianchi - Festival TransAmérique© Kristien Verhoeyen - Festival TransAmérique© Anne Guillaume - Festival TransAmérique
© Herman Sorgeloos - Festival TransAmériques© Amo Declair - Festival TransAmériques / Un ennemi du peuple - thomas Ostermeier (cie: La Schaubühn
 
Nous recommandons
Évaluer cet article
Évaluation moyenne: 2
Nombre de votes : 1
 
© Valentina Bianchi - Festival TransAmérique

31 janvier 2014 ─ Voulant rejoindre ceux qui flirtent avec les arts vivants pour la première fois et les grands mordus de danse et de théâtre, le Festival TransAmériques, appelé par son petit nom FTA, présente ce qui se fait de mieux en création contemporaine. Aussi bien avec des artistes d’ici qu’avec d’autres voix fortes d’ailleurs. Chaque année, cette manifestation se tient pendant une quinzaine de jours (fin mai à début juin) dans maints lieux et salles de Montréal.

Ce qui rend unique le FTA, c’est son côté hétéroclite, la multitude d’esthétiques artistiques qu’on y propose. Sa codirectrice générale et directrice artistique, Marie-Hélène Falcon, et son équipe s’assurent d’offrir une programmation enlevante, de faire apprécier des œuvres riches qui font voyager et amènent à se questionner.

Pas moins d’une trentaine de spectacles sont généralement offerts dans le cadre du festival. Les publics proviennent d’horizons assez divers, et l’on y voit bon nombre d’étudiants, de jeunes adultes friands de nouveaux genres de spectacles et des gens qui préfèrent des représentations un peu plus accessibles, mais qui décoiffent néanmoins.

Le FTA, c’est encore beaucoup plus afin de permettre plus d’échanges enrichissants avec les spectateurs : des ateliers, des débats et des tables rondes ont lieu. À la Cinémathèque québécoise sont projetés des films sur des artisans du théâtre ou des compagnies de passage au festival, qui nous en apprennent davantage sur leurs démarches artistiques intrigantes.



Visualiser les commentaires [0] Ajouter un commentaire  
 

Cet article n'a pas encore été commenté.