L'héritage religieux et patrimonial de Montréal

© Tourisme Montréal, Stéphan Poulin - Musée Marguerite-Bourgeoys et Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secou© Tourisme Montréal, Stéphan Poulin - Cathédrale Marie-Reine du Monde© Tourisme Montréal - Église Madonna della Defesa
© Commission canadienne du tourisme, Pierre St-Jacques - L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal© Gilbert Langlois, Musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal - Visites commentées de la C© Pierre-Alexandre Garneau - Basilique Notre-Dame
 


© Tourisme Montréal, Stéphan Poulin - Musée Marguerite-Bourgeoys et Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secou

16 mai 2014 - Montréal doit son surnom de "ville aux cent clochers" à nul autre que Mark Twain. Lors de sa première visite à Montréal, en 1881, ce dernier aurait déclaré "c'est la première fois que je vais dans une ville où on ne peut lancer une brique sans fracasser un vitrail d'église."

La religion, pierre angulaire de l'histoire montréalaise.
En 1535, le village Iroquoien d'Hochelaga fut découvert par l'explorateur français Jacques Cartier. Quelque 100 ans plus tard, le Sieur de Maisonneuve fonda en ces mêmes lieux Ville-Marie, qui allait devenir Montréal.

Si le tout premier signe du christianisme, la croix, fut planté en 1643 au sommet du mont Royal, il est loin d'être le seul symbole religieux d'une ville colonisée des siècles durant par les Français et les Britanniques. L'héritage religieux de Montréal – qu'il soit artistique, architectural ou musical – fait indéniablement de la ville l'une des plus riches, culturellement parlant, du continent.

Héritages catholique et protestant
Bien que l'influence de l'église catholique romaine soit prédominante, d'importantes contributions ont également été apportées par les protestants. Le centre-ville de Montréal en est d'ailleurs la preuve, puisqu'on peut y admirer la splendide cathédrale anglicane Christ Church ou la magnifique église unie St-James, tout récemment rénovée.

Joyau patrimonial incontesté du Vieux-Montréal, la Basilique Notre-Dame est un chef d'œuvre de style néo-gothique. Sa voûte constellée d'étoiles dorées à l'or fin, son retable sculpté et ses riches boiseries témoignent de la place inestimable qu'occupe la basilique dans l'histoire religieuse de la ville depuis le XIXe siècle.

Pèlerinage
Sur le flanc nord-ouest du mont Royal, l'Oratoire Saint-Joseph semble vouloir toucher le ciel. Chaque année, près de deux millions de pèlerins des quatre coins du globe s'y rendent pour prier, mais aussi pour admirer sa remarquable architecture, visiter son musée et découvrir ses magnifiques jardins.

Son imposante silhouette contraste avec celle, toute frêle, de son fondateur, le Frère André, qui a été canonisé le 17 octobre 2010. Ce modeste portier, devenu prêtre, initiera la construction en 1904 de ce lieu de pèlerinage reconnu comme étant le plus important au monde dédié à Saint-Joseph. Le carillon de l'Oratoire compte 56 cloches, ce qui le classe parmi les plus grands en Amérique du Nord, et ses grandes orgues, composées de 5811 tuyaux, répondent aux exigences acoustiques des quelque 60 mètres de haut de la basilique.

Des cimetières historiques
Au sommet du mont Royal s'étendent le cimetière Notre-Dame-des-Neiges et le cimetière du mont Royal. Ces lieux historiques exceptionnels, nichés au cœur d'une nature généreuse, sont propices aux promenades et aux découvertes, quelle que soit la saison. Bon nombre de grands noms du Québec et du Canada y sont enterrés et le cimetière Notre-Dame-des-Neiges est le plus grand cimetière au Canada et le troisième en importance en Amérique du Nord.