Les jardins cachés de Montréal

© Château Ramezay - Musée et site historique de Montréal - Château Ramezay - Musée et site historiqu© Robert Jardin - L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal© L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal - L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal
© Maison Saint-Gabriel, Pierre Guzzo - Maison Saint-Gabriel, Musée et site historique / Les jardins© Maison Saint-Gabriel, Pierre Guzzo - Maison Saint-Gabriel, Musée et site historique / Les jardins
 
© Château Ramezay - Musée et site historique de Montréal - Château Ramezay - Musée et site historiqu

17 mars 2014 Avec 17 grands parcs qui s’étendent sur ses rives ou dans la ville même, Montréal est assurément une ville verte. Mais outre ces quelque 2 000 hectares d’espaces verts, la métropole abrite également plusieurs jardins, remarquables non seulement pour leur beauté, mais aussi pour la multitude d’essences et de variétés d’arbres, de plantes et de fleurs qu’ils recèlent. Le jardin de l’Oratoire Saint-Joseph figure en bonne place au nombre de ces joyaux cachés. En plus du panorama à couper le souffle qu’il offre sur la ville, on y dénombre plus de 900 arbres – dont 26 essences différentes –, 30 variétés d’arbustes, 60 de vivaces et 20 000 plants de fleurs annuelles. Ses allées, propices à la détente ou à la méditation, sont bordées de statues et jalonnées de stations rappelant le Chemin de Croix.À Pointe-Saint-Charles, à un jet de pierres du Vieux-Port, se trouve la plus ancienne maison de ferme de la ville, la Maison Saint-Gabriel. Son Jardin de la Métairie, à la mode de la Nouvelle-France, compte un potager, un jardin d’herbes, des arbres fruitiers et des rangs de fleurs, le tout recréé comme au XVIIe siècle, en tenant compte de l’hybridation et de la disparition des espèces. Et pour plonger dans l’histoire de Montréal, des artisans en costume d’époque font revivre aux visiteurs, tous les dimanches d’été, le quotidien au temps des Filles du Roy.Au cœur du Vieux-Montréal et de ses rues pavées, le Jardin du Gouverneur du Château Ramezay témoigne du style et du contenu des jardins de la noblesse montréalaise du XVIIIe siècle. Si sa dimension a été réduite de 4 200 à 750 m2 au fil des ans, le jardin comprend néanmoins un verger, un potager ainsi qu’un jardin d’agrément orné d’une splendide fontaine à tête de bouc.