Le Saint-Gabriel

 


25 janvier 2010 -- Vieux murs de pierre, antiquités à profusion, magnifique terrasse pour profiter de l’été ou feu de bois crépitant dans le foyer l’hiver : le décor est à lui seul promesse d’évasion. Ajoutez à cela une savoureuse nouvelle cuisine française et québécoise agrémentée de notes de piano et vous obtenez une incomparable expérience gastronomique au cœur du Vieux-Montréal.

Fondée en 1754, l’Auberge Le Saint-Gabriel est le plus vieil établissement hôtelier en Amérique du Nord et, à ce titre, fut le premier à obtenir un permis d’alcool, régi à l’époque par les lois britanniques.

Aujourd’hui, si la maison n’a plus d’auberge que le nom, elle a néanmoins conservé dans son restaurant son charme d’antan, son atmosphère et son hospitalité chaleureuses, et son statut d’excellence en matière de traditions gastronomiques.

Dans les vastes salles, agrémentées de petits espaces intimes propices aux tête-à-tête, on savoure un menu à la fois simple et élégant, où les produits du terroir occupent la place d’honneur, hissant la nouvelle cuisine française vers de nouveaux sommets. La carte des vins, riche et variée, offre une sélection des plus grands crus – dont bon nombre sont servis au verre – qui accompagnent à merveille la délicatesse des mets.

Parmentier d’agneau braisé, vivaneau grillé aux herbes et son risotto au parmesan et aux tomates ou encore chateaubriand sur le gill, gratin dauphinois aux bolets et béarnaise (pour deux personnes) ponctuent de façon magistrale une journée d’exploration dans les rues pavées du Vieux-Montréal.

Les critiques culinaires comme les gourmets saluent unanimement la tarte au sucre, qu’ils qualifient de « sublime ! ».

Haut lieu de la gastronomie et reflet de la richesse patrimoniale du quartier, Le Saint-Gabriel est assurément l’un des joyaux du Vieux-Montréal, berceau d’histoire teintée de romantisme.

Le Saint-Gabriel