Festival TransAmériques

 

20 février 2012 – Œuvres phares, expériences hybrides, propositions-choc, danse décloisonnée, théâtre mutant… le Festival TransAmériques (FTA) va partout où l’inédit appelle, où l’inattendu se cultive. Ici comme ailleurs.

De sa récolte de matière pertinente, il façonne une riche mosaïque culturelle où s’expose la création contemporaine dans toute sa vitalité. Sa sixième édition, qui se tiendra du 24 mai au 9 juin, le prouve de nouveau avec force et splendeur en présentant 27 œuvres locales et internationales ainsi qu’un bel éventail d’ateliers, de tables rondes, de festivités et de rencontres entre les artistes et le public. Éclectique et transcendant.

Voici en primeur cinq spectacles phares :

Le Festival accueillera deux tableaux de la magistrale chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker, à l’apogée de son art, et de son éminente compagnie Rosas. Cesena, conçue en complicité avec le compositeur Björn Schmelzer et sa formation musicale graindelavoix, enchante par la puissance de son chœur chorégraphique mariée à la musicalité exaltante de l’ars subtilior médiéval. Sur ces mêmes notes du XIVe siècle ravivées par la danse, et pour compléter le diptyque que proposera Rosas, la pièce En atendant écrit dans l’air bruissant des corps les vers d’un poème légendaire.

Reconnu pour ses œuvres saisissantes et radicales, le metteur en scène italien Romeo Castellucci présentera en première nord-américaine une poignante réflexion sur la filiation : Sur le concept du visage du fils de Dieu, une ode à la compassion qui ne laissera personne indifférent.

Olivier Choinière, figure essentielle et novatrice du théâtre québécois, s’amènera au FTA avec 50 interprètes pour Chante avec moi, un univers de comédie musicale qui se transforme en un conditionnement cauchemardesque, un leitmotiv rassembleur et épidémique récemment récompensé du Prix de la critique.

Finalement, l’enlevante chorégraphe québécoise Danièle Desnoyers offrira au public sa toute nouvelle création, Sous la peau, la nuit : un univers électrique où l’on ne sait si les corps se rapprochent pour s’aimer ou s’entre-dévorer. Une œuvre ludique, tonique et sensuelle à forte densité émotionnelle.