L'OSM célébre sa 80e saison

© Orchestre symphonique de Montréal - Orchestre symphonique de Montréal© Orchestre symphonique de Montréal - Orchestre symphonique de Montréal© Orchestre symphonique de Montréal, Kasskara photographie - Orchestre symphonique de Montréal
© Orchestre symphonique de Montréal - Orchestre symphonique de Montréal© Orchestre symphonique de Montréal, Jean Buithieu - Maison symphonique / Orchestre symphonique de M© Orchestre symphonique de Montréal - Orchestre symphonique de Montréal, Kent Nagano
 
© Orchestre symphonique de Montréal - Orchestre symphonique de Montréal

17 septembre 2013 — Pour sa saison 2013-2014, l’OSM a choisi de rendre hommage à Montréal avec une programmation originale et éclectique composée d’œuvres majeures de différentes cultures, à l’image de la capitale culturelle du Canada.

Avec la série OSM Pop, l’OSM entre dans l’univers d’Adam Cohen et Cœur de pirate et propose deux relectures symphoniques : Belles-Sœurs, œuvre mythique du théâtre québécois transformée par la mise en scène de René-Richard Cyr et la musique de Daniel Bélanger et Douze hommes rapaillés, un coup de chapeau au grand poète Gaston Miron.

Pour le temps des Fêtes, l’OSM présente un programme varié allant de la Messe en si mineur de Bach, aux airs traditionnels de Noël chantés par Bruno Pelletier, sans oublier un tout nouveau conte de Noël de Fred Pellerin.

Après avoir décloisonné les frontières entre les genres, pris possession de lieux à la fois familiers et improbables, joué Mahler à la Brasserie Molson et Boulez et Stravinsky à la galerie Arsenal, créé une œuvre pour platine et orchestre de Maxime McKinley et DJ Champion et transformé la Maison symphonique en immense lounge électro après le concert, l’OSM et maestro Nagano sauront surprendre leur public encore une fois cette année en jumelant avec audace Frank Zappa et Beethoven dans le cadre de la soirée OSM Éclaté.

La 80e saison de l’OSM sera marquée par l’inauguration, le 28 mai 2014, de l’orgue de la Maison symphonique. Conçu et réalisé par la maison Casavant pour le compte de l’OSM, avec la collaboration des architectes Diamond Schmitt et Ædifica pour sa conception visuelle, le majestueux instrument porte le nom de Grand Orgue Pierre Béique, en hommage au fondateur et premier directeur général de l’OSM (de 1939 à 1970). Il se compose de 109 registres, 116 rangs et 6489 tuyaux.