Changer le réel au Festival TransAmériques 2013

Publié le 19 Avril 2013 par .

Le 7e Festival TransAmériques offre un désir de changer le réel, de faire entendre la voix de la différence et de porter un message d’espoir. Des créations contemporaines de danse et de théâtre venant entre autres de Berlin, Melbourne, Paris, Toronto, Johannesburg ou encore de Montréal, sont à l’honneur du 22 mai au 8 juin. Décryptons ensemble cette programmation pointue et ouverte sur le monde.

Le FTA vous donne rendez-vous pour 22 spectacles dont huit coproductions du Festival, six créations mondiales et trois grands événements gratuits. Considérant l’art comme un dialogue, le festival vous invite aussi à venir échanger avec certains artistes lors de soirées spéciales, rencontres et projections de films. Je vous ai concocté un top 5 de ce qu’il ne faut pas manquer.

{Résister à la Berlinoise} Reprenant Un ennemi du Peuple d’Ibsen Le très en vogue metteur en scène allemand Thomas Ostermeier vous offre ici un spectacle d’une remarquable intelligence et nous plonge dans un dilemme universel : intégrité ou argent? Saisissant le théâtre comme un résistant empoignerait une arme, il n’hésite pas à redéfinir le sens de cet art et à inviter le spectateur à entrer dans sa fiction. À voir les 22, 23 et 24 mai au Théâtre Jean-Duceppe.

{La politique, quelle vie de chien!} L’artiste-sculpteur australien Bennett Miller vous invite au bureau de Dachshund UN, où les rôles des 47 représentants des pays qui siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU sont tenus par des teckels. Une critique violente et hilarante s’en dégage. À voir les 24, 25 et 26 mai sur la place des Festivals du Quartier des spectacles (peut être annulé en cas de pluie).

{L’amour dévorant} Markus Öhrn vous livre un conte d’amour pour adulte distillant un malaise choquant. Inspiré de l’histoire sordide de Josef Fritzl, Autrichien qui a séquestré sa fille et trois de ses sept enfants pendant 24 ans, il fait du spectateur le témoin, le voyeur de rituels perturbants entre un père monstrueux et des enfants sans âge. Savant mélange de langage, vidéo, performance et théâtre, recevez un vrai coup de poing sentimental. À voir les 28, 29 et 30 mai au Théâtre Rouge du Conservatoire.

{Beauté obscure} Birds with Skymirrors du chorégraphe néo-zélandais Lemi Ponifasio, vous entraîne dans une œuvre noire inspirée par une plage d’Océanie couverte de détritus toxiques scintillants pêchés dans l’océan par des oiseaux. Dans un temps suspendu, c’est une cérémonie de réconciliation avec la terre que l’on vous présente, un monde parallèle où des dieux viennent parler aux oreilles des humains, où des moines virevoltent, souples et légers et où des corps tatoués entretiennent le mystère. De superbes tableaux qui dénoncent une planète ravagée et une humanité aveugle. À voir les 29 et 30 mai au Théâtre Maisonneuve.

{Retenez votre souffle} La Montréalaise Louise Lecavalier ne danse pas… elle n’est que souffle, énergie et lumière dans So Blue, une chorégraphie qui court à perdre haleine. Frénétique solo qui devient duo enivré avec le danseur Frédéric Tavernini, vous plongerez dans un voyage intense et cathartique dans l’âme bleue atomique de sa créatrice. À voir les 6 et 7 juin au Théâtre Maisonneuve.

 

INFORMATION

Festival TransAmériques, du 22 mai au 8 juin 2013

Forfaits :
4 spectacles de votre choix : 125 $
8 spectacles de votre choix : 225 $
12 spectacles de votre choix : 300 $

Plus d'articles

Découvrez votre Montréal

→ Choisissez vos intérêts
→ Vivez vos moments montréalais
→ Trouvez l'inspiration pour votre prochain séjour

Essayer l'expérience