FrancoFolies 2013 : rencontre avec les soeurs Boulay

Publié le 28 Mai 2013 par .

Les soeurs Boulay MontrealPétillantes, sympathiques et résolument très douées, les sœurs Boulay ont envahi nos écouteurs et le paysage médiatique québécois. Comme ça, sans crier gare. Révélées par les Francouvertes en 2012, nommées Révélations Radio-Canada 2013-2014 dans le volet chanson, elles continuent de tracer leur chemin vers le succès en montant sur les planches du Club Soda le 21 juin, durant les FrancoFolies de Montréal. Elles y interprèteront « Le poids des confettis », un album poétique composé « de chansons populaires à l’enrobage folk », comme aime le décrire Stéphanie Boulay. Mélodies qui caressent l’oreille, croisé de voix cristallines et suaves, on fond littéralement pour ces airs qui sentent bon le voyage, les feux de bois entre amis à la campagne et le vintage.

Gaspésiennes d’origine, Stéphanie et Mélanie Boulay vivent à Montréal depuis maintenant 6 ans et comme le dit Mélanie, « ne se voient pas vivre ailleurs ». Nous nous sommes entretenues avec ces deux petits bouts de femmes, poétesses dans l’âme qui n’ont cependant pas perdu le nord.

Qu’est-ce qui vous a donné le goût de chanter ?

Mélanie: j’avais 6 ans quand ma professeure de chant en Gaspésie a entendu ma voix percer. Elle est carrément allée voir mes parents pour les convaincre de me faire évoluer dans ce domaine. Selon moi c’est grâce à elle si nous en sommes là aujourd’hui.
Stéphanie : de mon côté je me suis mise au chant vers 13, 14 ans, en piquant les cours de Mel et en les étudiant en cachette. Ça nous a donné des bases essentielles mais il faut dire aussi que toute notre enfance a été bercée par les vinyles de notre père, fin mélomane.
Mélanie : Absolument ! On a été nourries de la musique des Beatles, d’Elvis Presley, des BB, de Julie Masse, de Joe Dassin ou encore d’ABBA. Il y avait toujours un disque qui tournait la maison ou dans le pick up. Même quand on allait pêcher, il trouvait le moyen d’emmener une radio sur la chaloupe!
Stéphanie: Là où le coup de foudre a vraiment eu lieu, c’est quand on a entendu Moustaki, Cat Stevens, Johnny Cash. Cette musique là, elle nous parlait et c’est encore une véritable source d’inspiration aujourd’hui.

Les soeurs Boulay francofolies 2013Quel message souhaitez-vous faire passer dans vos chansons ?

Stéphanie : Le mot d’ordre c’est s’assumer. Dans nos chansons on parle de liberté et de quête de vérité. Le but final, c’est l’affirmation de soi.
Mélanie : On veut aussi exprimer les sentiments qui gênent comme les moments du quotidien ou les chagrins qu’on veut cacher. On est humain, imparfait, avec des hauts et des bas. C’est de ça qu’on veut parler, pour dévoiler le vrai, la vulnérabilité, les torts qu’on refuse de s’avouer.

Vos inspirations musicales québécoises?

Stéphanie et Mélanie : Richard Desjardins ! Ses textes sont magnifiques. Ce serait un rêve de pouvoir chanter avec lui. On aime beaucoup aussi Bernard Adamus, Lisa LeBlanc, et côté français, on a découvert récemment Fauve qu’on trouve génial.

Le Village MontrealVous habitez Montréal depuis 6 ans. Quelles sont vos adresses préférées ?

Stéphanie et Mélanie : Côté mode, on aime bien aller fouiner chez Belle et Rebelle sur la Plaza Saint-Hubert ou chez Boutique Onze rue Saint-Denis. On adore aussi la designer québécoise Betina Lou. Ses vêtements sont tellement jolis et bien coupés ! Côté resto, on file manger au Café Saïgon, une super adresse vietnamienne pas chère et délicieuse dans le Village. Enfin, pour notre high de caféine, nous sommes des inconditionnelles du Café Volâne et du Flocon espresso, « dont le propriétaire a des airs de beau marin sexy » dixit Stéphanie.

Le parc LafontaineQuelle image vous vient en tête lorsque vous pensez à Montréal ?

Stéphanie : Le parc Lafontaine. J’y ai passé beaucoup de temps dans des moments où j’en avais besoin. C’est un endroit qui symbolise le réconfort et la quiétude montréalaise.
Mélanie : Je rejoins Stéphanie sur le parc Lafontaine et j’ajouterai la piscine du parc Jarry qui nous a sauvée de beaucoup de canicules (rires). Et le Verre Bouteille aussi, le bar où l’on rejoint tous nos amis.

Le parcours express de 24h que vous recommanderiez à un touriste à Montréal ?

Stéphanie et Mélanie : On déjeune chez l’Enchanteur dans Villeray – « et on prend les œufs bénédictines qui y sont D-É-L-I-C-I-E-U-X », précise Mélanie – ensuite on file sur le Plateau récupérer un latte à emporter au Flocon que l’on va siroter au parc Lafontaine. Là, on se balade, on se repose ou on lit à l’ombre d’un arbre. Pour dîner, on se délecte d’une bonne soupe poulet et carry au Café Saïgon puis on se promène tout l’après-midi dans le Vieux-Port. En cas de pluie, on file au cinéma voir un bon film québécois. Le soir, on soupe à la Salle à manger – « Mets-en ! », s’exclame Stéphanie – et on finit en allant voir un bon band local au Quai des Brumes ou au Verre Bouteille. Ça, c’est notre Montréal !

Les soeurs BoulayUn grand merci aux sœurs Boulay pour leur gentillesse, leur bonne humeur et toutes les anecdotes et histoires qu’elles ont bien voulu partager avec nous.

INFORMATIONS

Album : Le poids des confettis
Concerts : le 12 juin à l’Astral – le 21 juin au Club Soda dans le cadre des FrancoFolies.

Plus d'articles

Découvrez votre Montréal

→ Choisissez vos intérêts
→ Vivez vos moments montréalais
→ Trouvez l'inspiration pour votre prochain séjour

Essayer l'expérience