Résultats de recherche

Résultat(s) pour La Belle au bois dormant Mats Ek

Quoi faire à Montréal du 11 au 17 octobre

Cette semaine à Montréal, on découvre la danse contemporaine sous toutes ses coutures, on part à la conquête du quartier Villeray et on fait connaissance avec ses artisans locaux, on inaugure de nouvelles expositions dans les musées et les galeries d’arts prestigieux de la ville, on rend hommage aux clubs vidéos et on participe à des festivals musicaux allant du ska à la house. {Théâtre et danse} Du 16 au 25 octobre, au Théâtre de Quat’Sous, Danse-Cité présente un spectacle hybride mêlant chorégraphie contemporaine et Théâtre. Je ne tomberai pas – Vaslav Nijinski est ici mis en scène par Bernard Meney et chorégraphié par Estelle Clareton. Il évoque le personnage emblématique de Nijinski, chorégraphe du XXe siècle qui a révolutionné le genre, à travers des textes poétiquement fous où se glissent la plume d’écrivains tels qu’Artaud, Nietzsche, Mallarmé ou encore Maupassant, rythmé par une danse revisitée qui transpire les éclats psychiques des grands créateurs. Du 8 au 26 octobre à l’Espace Libre, Yves Marc se prête à un One Man Show scientifique aussi charmant qu’élégant, et étudie avec le public les gestes usuels du quotidien dans Ce corps qui parle. Une jolie vision de l’humanité. Du 16 au 19 octobre,… / Read More →

La Belle au bois dormant rebelle et toxicomane de Mats Ek

On observe depuis 3 ans une démystification artistique du conte de fées, une plongée dans son côté obscur, provocant et anti onirique. Série photos-chocs de Dina Goldstein, illustrations monstrueuses de Jeffrey Thomas, tableaux désenchantés de José Rodolfo Loaiza Ontiveros, films noirs de Rupert Sanders (Snow White & the Huntsman) ou de Julia Leigh (Sleeping Beauty), la tendance va dans les extrêmes et met en scène la prostitution, la drogue, la dépendance à l’alcool, la chirurgie esthétique à outrance, l’inceste, la maladie ou encore l’obésité. Bref, tous les vices de ce monde. Mats Ek, chorégraphe suédois bien en avance sur son temps, a librement adapté sa Belle au bois dormant en 1996 en voyant dans les rues de Zurich une jeune droguée endormie dans la rue. Sa première pensée fut « Sleeping beauty ». Son interprétation chorégraphique, sombre et ultra réaliste est aujourd’hui encore d’une grande modernité, ce qui lui confère sa place parmi les figures importantes de la danse contemporaine. Portés par la musique de Tchaïkovski, interprétée pour l’occasion par l’orchestre des Grands Ballets Canadiens de Montréal, 30 danseurs s’élancent, gracieux et précis, tout en infusant l’humour noir de Mats Ek dans leurs gestes et leurs expressions. On y découvre… / Read More →