CINQ BURGERS QU’IL FAUT GOÛTER À MONTRÉAL

Publié le 21 Septembre 2012 par .

Étudier le yin et le yang du burger serait le projet d’une vie, mais bon, qui voudrait se farcir des burgers toute sa vie? Quoiqu’à Montréal, ce serait peut-être envisageable… Ici, le sandwich rond se réinvente à tous les coins de rue.

M:BRGR – le burger à 100 $. De loin le plus dispendieux sur l’île. Comme extravagance, on ne doit pas être loin de la chambre à coucher de Céline Dion, ou du moins ce que j’en imagine. À 100 $ pièce, il devra prouver qu’il vaut son pesant d’or.

Mbrgr-montreal-burger

Ce cher burger comprend, entre autres, deux boulettes de bœuf Kobe, du bacon, du foie gras et il est servi avec un aïoli miel et truffe. Étonnamment, le gigantisme de la chose n’éclipse pas la délicatesse de ses ingrédients. La poire grillée et juteuse couplée à la confiture de figues complète à merveille la richesse du bœuf Kobe et du foie gras. En fait, chaque élément soigneusement choisi a son importance dans cette pyramide gustative. Tout y est : garnitures plantureuses, accompagnements excitants et même un dessert cochon. « Orgasme culinaire assuré », promet le proprio Jeff Dichter.

Kazu – le burger aux crevettes. Quand j’étais enfant, mon meilleur ami avait la permission de boire du cola aux repas. J’aurais tellement voulu que mes parents soient aussi sympas. N’allez pas croire que le chef Kazuo (le génie derrière ce délicieux burger aux crevettes) prône la permissivité parentale, mais, comme moi, vous allez souhaiter que le boui-boui de hamburgers de votre quartier se convertisse à cette version japonaise du classique américain : une succulente boulette de crevettes garnie de mayo maison posée sur un petit pain aux sésames grillé et saupoudré d’épices japonaises et de flocons à la tempura. Un émerveillement pour le palais, qui vaut bien l’inévitable attente de 45 minutes pour s’attabler à cet izakaya du centre-ville.

Burgerbar-montreal

Burger Bar Crescent – le burger poutine. Ce burger hybride comprend une boulette de bœuf de catégorie AAA, des oignons caramélisés et une garniture de poutine – oui, vous avez bien lu. Le fait que la poutine se trouve à l’intérieur du hamburger m’a d’abord semblé étrange. Mais plus je dégustais, plus cela me semblait naturellement bon. Un peu comme gratouiller une piqûre de moustique : on sait qu’il ne faut pas, mais ça fait tellement de bien. Afin de tenir tête à la poutine, le burger doit être lui-même assez costaud. La boulette de bœuf était cuite à point et bien juteuse, les oignons caramélisés tenaient le coup, l’ensemble étant soutenu par un courageux petit bain brioché au beurre. Pourquoi un burger à la poutine? Le chef Brian voulait créer un burger qui soit « original et emblématique ». C’est fait.

Jukebox-montreal-burger

Jukebox Burger – le Hulk. Ça vous arrive d’avoir le goût à la fois d’un burger et d’un grilled-cheese? L’équipe du Jukebox burger vous a devancé au chapitre des plaisirs coupables. Les deux sections du petit pain ont été remplacées par deux sandwiches au fromage fondant. La totale! Le proprio Elan a réussi quelque chose de complètement fou. Un peu hors centre (dans le quartier Dollard-des-Ormeaux), ce resto a la particularité de servir du bœuf Angus canadien haché sur place quotidiennement, d’où la parfaite fraîcheur de la boulette de viande nichée au creux de votre Hulk. Manger un burger qui équivaut en fait à deux repas a cela de pratique qu’on peut se contenter d’un seul repas dans la journée.

Dic Ann’s – le hamburger. Probablement l’un des burgers les plus typiques à Montréal, celui de Dic Ann’s fait des adeptes depuis 1954. Ces burgers ultraminces sont préparés sur une plaque de cuisson afin que les galettes retiennent tout leur jus et ne se transforment pas en semelles de bottes. Issus de la vieille école – et par « vieille école », je veux dire délicieusement classiques –, ces burgers doivent aussi leur renommée à la sauce secrète qui imprègne la viande. Il est peut-être basique, mais ce burger n’est pas du tout ennuyeux. Fidèle à sa garniture d’antan, c’est-à-dire laitue, tomate et oignon, le hamburger simple est aussi goûteux que ceux de notre enfance.

Cette semaine, participez à notre concours Rendez-vous à Montréal. Invitez l’ami(e) Facebook de votre choix et courez la chance de gagner un séjour gourmand à deux! Pour en savoir plus, cliquez ici.

Jason Lee est l’estomac derrière le blogue de restos Shut Up and Eat, adepte de la culture pop, accro aux potins de vedettes et communicateur de toutes choses délicieuses.

Texte traduit de l’anglais.

Plus d'articles

Découvrez votre Montréal

→ Choisissez vos intérêts
→ Vivez vos moments montréalais
→ Trouvez l'inspiration pour votre prochain séjour

Essayer l'expérience