Search
Open menu Open menu

© 


12 Montréalaises qui changent le monde  

Posté le | → Laisser un commentaire

La réputation d’une ville est forgée par les caractéristiques collectives de ses citoyens. Montréal est reconnue pour être innovatrice et non-conformiste, son esprit d’entrepreneuriat et son atmosphère détendue.

Originairement de Montréal ou en ayant fait leur ville d’adoption, ces douze personnes — grâce à leurs admirables actions — ont contribué à définir le caractère de cette ville. Et il se trouve que ce sont des femmes.

Kim Thuy
 

Kim Thúy. Née à Saigon, l’écrivaine Kim Thúy est arrivée au Canada en 1979 comme une enfant victime de la guerre. En utilisant ses talents littéraires, Thúy raconte des histoires de réfugiés, ce qui est peut-être le récit mondial le plus pressant de notre époque. Son premier roman, Ru, a remporté les prix du Gouverneur général en 2010 et a été traduit en de nombreuses langues.

Caroline Ouellette
 

Caroline Ouellette. Quatre fois médaillée d’or olympique, Ouellette est essentiellement une joueuse de hockey légendaire en son temps. Elle est cofondatrice de athletichub.com, un nouveau réseau en ligne novateur qui aide les étudiants-athlètes à naviguer dans le processus de recrutement. Elle est également ambassadrice pour Right to Play

Soeur Madeleine Juneau
 

Sœur Madeleine Juneau. Encyclopédie vivante du patrimoine montréalais, Sœur Juneau a reçu le prix Gérard-Morisset, récompense décernée par le gouvernement du Québec en reconnaissance d’une carrière remarquable dans les domaines scientifique et culturel. Elle a joué un rôle vital dans la préservation de la Maison Saint-Gabriel, un joyau architectural et historique. 

Julie Payette
 

Julie Payette. En juin 1992, Payette, originaire de Montréal, a été choisie par l’Agence spatiale canadienne sur un total de 5 330 candidats pour une mission de robotique avancée à la Station spatiale internationale. Cette sélection l’a non seulement fait voyager dans l’espace, mais lui a valu une place dans le club féminin d’astronautes (actuellement 59 femmes dans l’histoire), et en a fait par la suite une idole internationale pour les filles qui rêvent d’être astronautes. 

Regine Chassagne
Régine Chassagne. Un des membres fondateurs du groupe international de rock Arcade Fire, Chassagne a conjugué une grande partie de son art à des initiatives sociales. Elle est née à Montréal de parents haïtiens et continue à défendre les Haïtiens en appuyant des ONG comme Partners in Health et Kanpe

Phyllis Lambert
 

Phyllis Lambert. Née et élevée à Montréal, Lambert est une philanthrope et une architecte de renommée mondiale qui a littéralement contribué à bâtir sa ville natale. En 1979, elle a fondé le Centre canadien d’architecture et détient maintenant des diplômes honorifiques de quelque 26 universités en Amérique du Nord et en Europe. 

Phoebe Greenberg
 

Phoebe Greenberg. Actrice chevronnée et productrice d’un long métrage sélectionné aux Oscars, Greenberg est la fondatrice de la Fondation DHC/ART pour l’art contemporain dans le Vieux-Montréal et est la force motrice du Centre PHI. Elle représente une nouvelle génération d’artistes qui se réinventent comme philanthropes pour soutenir de nouvelles formes d’art. 

Sophie Brochu
 

Sophie Brochu. Présidente et PDG de Gaz Métro (la plus grande entreprise de distribution de gaz naturel au Québec), Brochu maintient ses racines dans les collectivités locales. Son soutien à des organismes caritatifs tels que Ruelle de l’Avenir témoigne de son civisme. Mais sa conviction que le monde a besoin de plus d’« entreprises lentes » — à savoir qui sacrifient délibérément la maximisation de leurs profits pour susciter une plus grande mobilisation sociale pour leurs activités — est la raison pour laquelle nous l’aimons tant. 

Marcela Escribano
 

Marcela Escribano. On pourrait faire un long métrage sur la vie de cette Chilienne d’origine, combattante pour la justice sociale. Escribano a fui la dictature de Pinochet et a riposté (pacifiquement) en cofondant une ONG appelée Alternatives, qui œuvre pour la solidarité internationale, les droits environnementaux, les droits démocratiques et la dignité humaine. Elle a récemment ouvert un nouveau café/galerie de photos. 

zayne-akyol
 

Zayne Akyol. Diplômée en cinéma et en études médiatiques, Akyol met sa vie en danger pour capturer en images les histoires qu’elle raconte. Son film documentaire de 2016, Gulistan : Land of Roses, expose un visage caché de la guerre : les femmes soldates. Pour faire le film, elle a vécu avec un groupe de femmes guérilleros kurdes qui luttent contre l’État islamique. Un travail héroïque. 

Mutsumi Takahashi
 

Mutsumi Takahashi. Après avoir émigré à Montréal en 1963 du Japon, l’intérêt de Takahashi pour la radiodiffusion a commencé à l’Université Concordia où elle a travaillé avec la radio et le journal étudiant. De nos jours, elle dirige l’un des programmes locaux d’information les plus regardés, gagnant souvent l’éloge de « Meilleure journaliste locale » attribué par le sondage annuel « Best of Montréal ». 

celine dion
 

Céline Dion. Le nom le plus reconnaissable provenant du Québec. Ces jours-ci, elle est plus à Las Vegas qu’à Montréal, mais elle mérite d’être sur cette liste en raison de ses contributions actives à plusieurs causes caritatives, comme la Fondation canadienne de la fibrose kystique, les organismes LGBT et les fonds de secours aux victimes de catastrophes (tremblements de terre ou tsunamis). Parlons d’amour !

 

À lire également : Études des femmes : les universitaires montréalaises reconnues dans le domaine 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Développement Économique Canada - Canda Economic Development Explorez sans fin - Canada - keep exploring Québec original Montréal
Air Canada Casino de Montréal Aéroport de Montréal VIA Rail Canada